Christophe Hüe - Libraire -


Paris 10e, sur rendez-vous ou par correspondance uniquement - Tel. : 01 48 00 91 59 Contacter le libraire

Christophe Hüe - Livres anciens

Sur rendez-vous ou par correspondance uniquement.


Paris, 75010
21 rue des Messageries
01 48 00 91 59

Facebook Bibliographique Christophe Hüe Livres anciens Twitter Bibliographique Christophe Hüe Livres anciens Flux RSS, Nouveautés, librairie Christophe Hüe - livres anciens google profile, librairie Christophe Hüe - livres anciens


reliures de livres anciens


Aujourd'hui le 23/10/17

1537 livres en ligne.

Christophe Hüe
bibliographique.com
2005-2017

Nos livres sont également visibles sur le site de livres rares ou épuisés :
Livre-rare-book

Validation html5 :
validator.nu
validator.w3.org

RENOUARD (Antoine-Augustin)
Editeur et bibliographe, né à Paris en 1765, mort à Saint-Valéry-sur-Somme en 1853. Fils d'un fabricant de gaze, il embrassa la profession de son père en 1781 et montra tout jeune encore une passion des plus vives pour les livres. Au moment de la Révolution, Renouard en adopta les principes et il publia, en 1790, les Idées d'un négociant sur la forme à donner au tribunaux de commerce; des Réflexions sur les fabriques nationale et sur celles de gazes en particulier et un Essai sur les moyens de rendre le reculement des barrières véritablement avantageux au commerce, tant intérieur qu'extérieur. Dans le dernier de ses écrits, Renouard se déclarait partisan de la libre circulation des produits, demandait l'abolition des barrières qui entravaient les transactions commerciales, l'abolition de tous les impôts indirects, si multipliés alors, et l'établissement d'impôts directs. Au plus fort de la tourmente révolutionnaire, il publia une brochure, intitulée: Observations de quelques patriotes sur la nécessité de converser les monuments de la littérature et des arts, et contribua puissamment à faire rendre le décret du 4 brumaire an II qui sauva de la destruction tant de chefs-d'oeuvre littéraires et artistiques. Dès que le calme reparut, Renouard fit imprimer quelques volumes exécutés avec le plus grand soin sous le rapport de l'élégance et de la correction et tirés à petit nombre. Nous citerons, entre autres: Audoeni Epigrammata (1794, 2 vol. in-12); Carmina Ethica (1795, in-12); Lucani Pharsalia (1795, in-fol.), le pendant du Virgile de Didot; une collection d'auteurs latins, composés de 16 vol. in-18, ornée de portraits, savoir: Sallustii opera (1795, 2 vol.); Ciceronis in Catilinam orationes; Porci Latronis in Catilinam declamatio (1 vol.); Ciceronis Cato Major, Somnium Scipionis, Laelius, Paradoxa (1796, 2 vol.); Cornelius Nepos (2 vol.); Taciti de moribus Germanor. et J. Agricolae vita (1 vol.); Plinii secundi Panegyricus (1 vol.); Apuleii Metamorphoseon (3 vol.); Psyches et Cupidinis Amores et Matrona Ephesiaca (1 vol.); Eutropius et Sextus Rufus (1 vol.); Petronii Satyricon (1797, 2 vol.); Pensées de Marc-Aurèle, traduction de Joly (1796, in-8°). En 1795, Renouard abandonna ses travaux d'éditeur pour redevenire fabricant de gaze; mais, dès 1797, on le retrouve libraire rue Saint-André-des-Arts, n°42, et il exerça cette dernière profession jusqu'en 1824. Il a publié successivement les principaux classiques français et son activité a donné une grande impulsion au commerce de la librairie. Les amateurs recherchent les volumes signés de sa marque bien connue; l'ancre surmontée du coq, symbole de la vigilance qui présidaient à ces éditions et de la confiance qu'on pouvait avoir dans les textes. Les livres qu'il a mis au jour ont été remarqués non-seulement pour leur correction et leur élégance mais pour les gravures dont ils étaient ornés. Renouard fut l'éditeur littéraire des Morceaux choisis de Buffon (in-18); des Provinciales de Pascal (1803, 2 vol. in-18); des Pensées du même (1803, 2 vol. in-18); des Oeuvres complètes de Berquin (1803, 20 vol. in-18 ou 17 vol. in-12); des Mémoires de La Rochefoucauld, publiés sur un manuscrit chargé de corrections et d'additions de la main de l'auteur (1804); des Souvenirs de Mme Caylus (1804); des Stanze del poeta Esciarra (Pietro Strozzi [1811]); de la troisième édition des Fabliaux de Legrand d'Aussy (1829). Parmi ses autres éditions les plus remarquables, on cite: Demoustier, Florian, Gessner, Gresset, Hamilton, Massillon (1821, 13 vol. in-8°) et Voltaire (1818-1823, 66 vol. in-8° avec 160 grav. de Moreau Jeune), etc. C'est à Renouard que la librairie dut l'exemption du timbre sur les catalogues prononcée en 1817. Il avait publié à ce sujet une brochure intitulée: l'impôt du timbre sur les catalogues de librairie, ruineux pour les libraires et arthmétiquement onéreux au trésor public (1816, in-8°). Après la révolution de Juillet, il fut pendant plusieurs années maire du XIe arrondissement. En 1834, il céda sa librairie à son fils, Jules Renouard qui a édité, entre autres ouvrages, une collection de classiques grecs et latins du format in-16, et se retira à Saint-Valéry (Somme), où il mourrut dans sa quatre-vingt-neuvième année. Dès 1778, avec le premier écu que lui donna son père, il commença à former la précieuse collection de livres qu'il ne cessa d'enrichir depuis lors et qui devint une des plus importante de Paris. Comme bibliographe, on doit à Renouard: Catalogue des livres imprimés par J.-B. Bodoni (1795); Annales de l'imprimerie des Aldes ou histoire des trois Manuce (1803, 2 vol. in-8°, avec supplément, 1812, in-8°); Notes sur Laurent Coster (1818); Catalogue de la bibliothèque d'un amateur, avec des notes bibliographiques (1819, 4 vol.), description de sa propre collection de livres; Annales de l'imprimerie des Estienne (1837-1838); Alde l'ancien et Henri Estienne (1838); Catalogue d'une précieuse collection de livres, manuscrits, autographes, dessins composant la bibliothèque de M. A.-A. R. (1853, in-8°), etc. La vente de cette collection qui appartenait à Renouard, produisit, en 1854, 203 600 fr.

Source : P. Larousse. Grand dictionnaire universel du XIXe siècle. Paris, (1864-1890).